Système Sensible Projets Imprimerie Riso
Riso
L'imprimerie riso

Système Sensible est aussi une petite imprimerie riso ! Équipé de deux machines, une GR 175O monochrome format A4 et une ME 9350E bichrome format A3, l'atelier propose un service d'impression en risographie ainsi que des ateliers d'initiation tous publics. Notre atelier d'impression riso est installé à Eurre dans la Drôme.

Vue de l'atelier de Système Sensible et de l'imprimerie Riso
L'atelier se situe sur l'Écosite du Val de Drôme (82, allée des érables 26400 Eurre).

Les couleurs

Les couleurs des encres riso sont des tons directs obtenus à partir de pigments naturels. Les encres peuvent être surimprimées ou traitées en demi-teinte pour obtenir de nouvelles couleurs. La base végétale des encres riso est constituée d’huile extraite du son de riz, valorisant ainsi une matière première abondante jusqu’ici considérée comme un déchet. Pour en savoir plus voir : Risographie & écologie.

L'atelier dispose actuellement de 14 couleurs :


Bleu
Aqua
(coming soon!)
Rouge brillant
Vert
Vert canard
Purple
Jaune
Sunflower
(coming soon!)
Orange
Orange fluo
Rose fluo
Jaune fluo
Vert fluo
(coming soon!)
Noir


Plus d'infos sur les couleurs riso et leurs équivalents : stencil.wiki.

Les papiers

Les encres riso étant à base végétale avec des pigments naturels, il y a un délai de séchage qui impose l’utilisation de papiers non-couchés pour absorber l'encre. À l’inverse des papiers couchés qui sont calandrés, couramment appelés papiers glacés, les papiers non-couchés ont un aspect naturel, une belle main dont on voit et sent le grain au touché.
Nous disposons d'une sélection de beaux papiers permettant d'imprimer différents types de supports jusqu'au format A3 avec plusieurs grammages, de 80 g/m² à 300 g/m² :


Munken Print White 115 g/m²
Munken Print White 150 g/m²
Munken Print White 300 g/m²
Munken Lynx Rough 300 g/m²
Start Fabriano 120 g/m²
SOON!

Bientôt d'autres références Artic Papers et Fedrigoni.


Il est possible de fournir son propre papier si celui-ci est non-couché. Veillez à en amener plus que le nombre d'exemplaire souhaité pour ajuster le calage entre les couleurs.

Façonnage

Nous proposons différents types de façonnage tels que la coupe pour la mise au format fini, les reliures comme la couture Singer, la piqûre à cheval, spirale et d'archivage, l'encartage ainsi que le pliage de multiples supports comme des cartes, des dépliants et des éditions…
N'hésitez pas à nous contacter pour connaître toutes les possibilités de finition qui peuvent être combinées !


Les différents types de reliures proposés par Système Sensible
Diverses possibilités de reliure, couture singer, piqûre à cheval, spirale, barette d'archivage, élastique.


Préparation des fichiers

Pour imprimer en riso, il est nécessaire de préparer les fichiers pour cette technique d'impression. Si vous ne savez pas préparer vos fichiers, n'hésitez pas à nous contacter, nous pourrons nous en charger pour vous ou vous conseiller si vous avez des doutes.

Les couches de couleurs doivent être chacune dans un fichier séparé.
Les fichiers doivent être en niveau de gris à 300 dpi minimum.
Les fichiers doivent être aplati (pas de calques).
Les fontes sont vectorisées.
Les fichiers sont exportés au format final souhaité pour l'impression (échelle 1), avec traits de coupe et fonds perdus (si nécessaire), au format PDF ou TIFF.
Les fichiers doivent être correctement nommés avec votre nom ou le nom de votre projet et la couleur choisie (Projet_Couleur.pdf).
Joindre un aperçu couleur du visuel pour référence.

À la façon de la sérigraphie, l'impression riso se fait couleur par couleur. Chaque couche de couleur doit donc être séparée dans un fichier disctinct en niveau de gris (pas de RVB ni de CMJN) pour pouvoir être traduite par la machine en trame stochastique (trame de points aléatoires).


La séparation des couches de couleurs pour l'impression en Riso, schéma Système Sensible
Séparation des couches de couleurs d'une illustration vectorielle en niveau de gris dans des fichiers distincts. Certains éléments sont en défonce et d'autres en surimpression. De gauche à droite : couche de bleu, rose fluo, orange fluo et jaune.


La séparation des couches de couleurs pour l'impression en Riso et la simulation en couleur, schéma Système Sensible
Les deux passages bichromes pour imprimer le visuel. Le premier passage imprime les couches bleu + rose fluo et le deuxième imprime les couches orange fluo + jaune.


L'impression riso est suceptible de créer de petits décalages entre les couches de couleurs. Cet esthétique peut être recherché pour évoquer un aspet vintage ou artisanal. Dans le cas contraire pour minimiser ce rendu il est judicieux d'ajouter des zones de recouvrement aux éléments qui comportent une réserve (défonce).


Zone de recouvrement pour les visuels imprimés en Riso, schéma Système Sensible
1. Deux formes de couleurs différentes avec une réserve (défonce) sans zone de recouvrement. 2. Les mêmes formes avec une réserve (défonce) et une fine zone de recouvrement évitant les aspects de décalage.


Bien-sûr les encres riso peuvent être surimprimées pour obtenir une multitude de nouvelles teintes.


La surimpression des couleurs en risographie, schéma Système Sensible
Deux formes de couleurs différentes qui se surimpriment, créant une nouvelle couleur.


Pour obtenir des aplats les plus homogènes possibles, il est important de régler leurs teintes entre 80% et 90% maximum (et jamais à 100%) pour éviter les variations d'encrage. Pour en savoir plus voir : Spécificités de la riso.


Les valeurs de niveau de gris pour les aplats en risographie, schéma Système Sensible

Nous imprimons au format A3 maximum. Les fichiers doivent donc être exportés à ce format. Il est possible d'imposer plusieurs formats dans un A3.


Zone imprimable et imposition A3 pour l'impression en risographie, schéma Système Sensible

Pour imprimer avec fonds perdus, il faut penser à faire une imposition avec les traits de coupe et une valeur de fond perdu de 5 mm. Logiquement l'imposition est différente de celle sans fonds perdus.


Valeur de fond perdu et imposition A3 pour l'impression en risographie, schéma Système Sensible

Il est possible d'imprimer des photographies en riso, les quatre couches de couleurs classiques CMJN sont remplacées par des tons directs riso. Le résultat est étonnant !


La chromie en tons directs sur Photoshop pour l'impression en risographie, capture écran Système Sensible
La chromie de l'image peut être réglée avec les équivalents Pantone des couleurs riso afin de simuler au mieux le rendu imprimé.


Pour séparer les couches dans Photoshop : Fenêtre > Couches > Dans le menu de la fenêtre couches cliquez sur « Séparer les couches ».


La séparation des couches de couleurs d'un visuel pour l'impression en risographie, capture écran Système Sensible

Chaque couche de couleur est ensuite extraite dans un fichier disctinct en niveau de gris qu'il suffit ensuite d'enregistrer en TIFF ou PDF.


Aperçu des fichiers d'impression en niveau de gris pour chaque couche de couleurs, schéma Système Sensible

Les quatre couches de couleur seront donc imprimées avec les encres riso choisies, ici bleu, rose fluo, jaune et noir.


Aperçu en couleurs des fichiers d'impression en niveau de gris pour chaque couche de couleurs, schéma Système Sensible

Cela permet d'obtenir une image avec des teintes spécifiques. Bien-sûr d'autres encres peuvent être utilisées pour remplacer la quadrichromie classique en fonction du projet et l'esthétique recherchée.


Scan d'une impression en risographie quatre couleurs d'une photographie de François Decobecq
Tirage riso en quatre couleurs sur feuille A3 d'une photographie de François Decobecq imprimée par nos soins.


N'hésitez pas à nous contacter si vous avez besoin d'explications ou si vous n'êtes pas à l'aise avec la préparation de vos fichiers pour l'impression, nous pourrons nous en charger pour vous.

Demande de devis

Les prix sont relatifs à plusieurs facteurs : le format, le nombre d'exemplaire, les couleurs, le papier, le façonnage ainsi que la prise en charge ou non de la préparation des fichiers (en option).
Pour toute demande de devis, ou d'information, n'hésitez pas à nous contacter pour nous parler de votre projet ou nous écrire par email : hello[at]systemesensible.fr

Spécificités de l’impression riso

Ce qui attire dans l’impression riso c’est son aspect vivant ! Les tirages ne sont pas uniformes et des petites variations et de petits décalages donnent une spécificité esthétique unique à chaque exemplaire, parfois tant recherchée. Cette technique d'impression se distingue à la fois par ses qualités esthétiques mais aussi écologiques qui font d'un tirage riso une expérience sensible surprenante dans un environnement visuel dominé par des procédés d’impression au rendu standardisé et impersonnel.

En risographie les couleurs en demi-teintes sont interprétées en trame de points alétoires, aussi appelée trame stochastique.


Détail de la trame stochastique de la machine Riso, issu d'un tirage de François Decobecq Détail de la trame stochastique de la machine Riso, issu d'un tirage d'Elsa Fouquier' Détail de la trame stochastique de la machine Riso, issu d'un tirage de Système Sensible Détail de la trame stochastique de la machine Riso, issu d'un tirage de François Decobecq
Détail de la trame stochastique riso de plusieurs types de tirage. La finesse du point est de l'ordre de quelques dizaines de microns. Le type de papier influence l'absorption de l'encre et donc la finesse du point.


Les fichiers sont envoyés à la machine qui va créer les masters pour le premier passage en bichromie. Pour le deuxième passage les feuilles sont remises dans la machine, et ainsi de suite. Le calage des couches de couleurs entre elles se fait grace à un œil avisé et avec l'aide d'un compte-fils.


Les décalages horizontaux, verticaux et en rotation possibles en impression riso, schéma Système Sensible
1. Décalage horizontal entre les deux couleurs. 2. Décalage vertical entre les deux couleurs. 3. Rotation possible entre les deux couleurs.


En riso on ne travaille pas en quadrichromie classique CMJN mais avec des couleurs vives en tons directs (fluo, orange, vert, violet, bleu, métallique, etc.) dont la surimpression permet d’obtenir des teintes supplémentaires.


Les couleurs en tons directs de la risographie, schéma Système Sensible
1. Orange CMJN (trame de demi-teinte magenta + jaune). 2. Orange riso (encre en ton direct).


Les encres riso sont faites avec une base végétale à partir de pigments naturels. Elles sèchent donc naturellement par évaporation. Il y a un délai de séchage à respecter avant de manipuler les tirages. Cette spécificité impose l’utilisation de papiers non-couchés qui absorbent l'encre. À l’inverse des papiers couchés qui sont calandrés, couramment appelés papiers glacés, les papiers non-couchés ont un aspect naturel, dont on voit et sent le grain au touché.


Les papiers non-couchés pour l'impression en risographie, photo Système Sensible

L'impression en riso n'est pas uniforme et comporte des petites imperfections qui rendent chaque exemplaire unique. Cependant celles-ci peuvent être minimisées si quelques règles sont prises en compte.


Les traces et imperfections de l'impression en risographie, schéma Système Sensible
1. Les variations d'encrage de la riso sont visibles lorsqu'il y a un fort encrage, notamment dû à un aplat à 100%. Ce phénomène est lié à la manière dont l'encre est distribuée par les buses sur le rouleau encreur du tambour. Pour l'éviter, régler les aplats entre 80% et 90%.
2. La zone de surencrage sur le bord de la feuille. En toute logique, sous les effets conjugués de la pression du rouleau encreur et de la rotation du corps, l'encre va se concentrer sur les bords provoquant un surencrage.
3. En cas de trichromie ou quadrichromie, la roulette d'entraînement des feuilles repassant sur une zone fortement encrée au premier passage, peut produire des traces qui peuvent toutefois se gommer.
4. La macule possible entre le recto-verso peut être minimisée en respectant un délai de séchage, elle peut aussi se gommer.


Principes de l’impression riso

Sur le plan technique, la particularité des machines Riso est la mécanisation du principe de pochoir. L'encre n'est pas propulsée mais imprimée par pression. Elle est d’abord répartie en passant à travers les micro-perforations du tambour métallique et ensuite plus finement diffusée par une double couche de soie, similaire à celle que l’on trouve sur les écrans de sérigraphie. Enfin, l’encre passe à travers le pochoir pour être appliquée sur la feuille.


Vue éclatée du tambour Riso, schéma Système Sensible
1. Corps micro-perforé. 2. Soies de diffusion. 3. Master. 4. Tambour.


Pour chaque couche de couleur, un pochoir micro-perforé appelé master est créé. Ce pochoir est ensuite enroulé autour du tambour. Une roulette entraîne les feuilles dans le tunnel d’impression. C’est dans celui-ci que la feuille va être imprimée entre le tambour et son rouleau de pression en caoutchouc avant d’être expulsée dans le bac de réception par des bandes de convoyage.


Vue de la machine Riso et de l'entrainement des feuilles et de la pose du master sur les tambours, schéma Système Sensible
1. Roulette d'entraînement des feuilles. 2. Unité de création des masters par micro-perforation. 3. Rouleau de master.


L’impression riso est réalisée à froid, en ligne droite, et n’altère pas la fibre du papier, contrairement à d’autres procédés numériques courants comme l’impression laser qui fait circuler la feuille dans un circuit de rouleaux jusque dans un four qui fixe le toner.


Principe de l'impression bichrome avec les tambours Riso, schéma Système Sensible
Principe de l'impression bichrome avec les tambours riso.


Tous les éléments internes des tambours sont fixes, seuls les corps sont en rotation synchrone avec les feuilles de papier. L'encre est appliquée par pression sur le papier grâce aux rouleaux d'encrage et aux rouleaux de pression.


Détail du convoyage des feuilles et du système interne d'encrage de l'impression riso, schéma Système Sensible
1. Bouteille d'encre. 2. Buses de distibution d'encre. 3. Rouleau d'encrage du tambour. 4. Rouleau de pression. 5. Courroies de convoyage des feuilles.

Risographie & écologie

L’impression riso, réalisée à froid, est moins énergivore que les presses numériques courantes, notamment à toner qui émettent de la chaleur et de l’ozone. L’encre riso sèche donc naturellement par évaporation.
Les masters sont composés de papier japonais en fibres de banane recyclées enduit d’un film de plastique de quelques microns. Du chemin a été parcouru depuis les encres riso à base de pétrole, elles ont évoluées vers une base d’huile de soja. Cela posait tout de même un problème puisque la culture de ce soja aurait pu avoir une destination alimentaire.
La base végétale des encres riso est désormais constituée d’huile extraite du son de riz (l'enveloppe du grain de riz), valorisant ainsi une matière première abondante qui était jusqu’ici considérée comme un déchet. Une fois l'huile extraite, il reste une farine sèche et riche en minéraux qui peut être utilisée comme fertilisant naturel en agriculture ou comme fourrage pour l’élevage.
Les encres riso contiennent encore une petite part d’additifs. Voici la composition indiquée sur les bouteilles d’encre : huile de son de riz, solvant de pétrole, glycérol, pigments organiques, résine alkyde, eau. On peut raisonnablement penser que la suite logique de l’évolution des encres riso sera la mise en place d’une alternative propre pour cette part d’additif, notament avec l'usage d'un solvant végétal.

Petite histoire du Risographe

Cette technique d’impression, qui se distingue par ses qualités esthétiques et écologiques, débute au Japon en 1946. C’est cette année que Noboru Hayama met en place son atelier d’impression Riso-Sha avec une volonté de développer une vision plus vertueuse de la technologie, Risō signifiant « idéal » en japonais.
Au cours des années 1950, Riso met au point et commercialise la première encre à émulsion. La réussite de ce type d’encre amènera la mise en place d’une chaine d’activité complète de l’ingénierie, à la production jusqu’à la mise en vente de systèmes d’impression. Riso est plébiscité grâce au Riso Graph, un miméographe à plat lancé en 1958.
En 1980, Riso se positionne en tête du marché de l’impression japonais en commercialisant ses premiers duplicopieurs à encrage automatisé les AP7200 et FX7200 qui deviennent le standard pour de nombreuses institutions.

Les ateliers riso

Nous imaginons des ateliers pédagogiques qui utilisent la risographie comme moyen de production.
Nous en proposons dans notre atelier pour tous types de publics et nous intervenons également dans des stuctures associatives et institutionnelles où nous nous déplaçons avec notre Riso GR 1750 et aussi dans le cadre de team building.
Nous organisons regulièrement des ateliers ! Si vous êtes interessés de recevoir les informations, n'hésitez pas à nous suivre sur les réseaux sociaux (Facebook + Instagram) ou nous contacter.


Vue des tirages riso de la couverture de l'édition produite dans le cadre de l'atelier éditorial avec les jeunes de la MPT du Petit Charran à Valence que nous avons mené dans notre atelier en juillet 2022, photo Système Sensible Vue de l'atelier éditorial en risographie que nous avons mené à La Halle centre d'art contemporain de Pont-en-Royans le 28 mai 2022, photo Système Sensible Vue de l'atelier Cut/Paste/Print de découpage, collage et impression en riso que nous avons mené à notre atelier en décembre 2019, photo de Gilles Gerbaud Vue de l'atelier éditorial d'un journal imprimé en risographie pour le festival Désert Numérique #4 à Saint-Nazaire-le-Désert mené avec les trames ordinaires en juillet 2013
De gauche à droite et de haut en bas :
• Atelier éditorial graphisme & impression riso, à notre atelier à l'Écosite du Val de Drôme, avec un groupe de jeunes de la MPT du Petit Charran à Valence, 26 & 27 juillet 2022.
• Atelier éditorial de fabrication d'une édition collective en riso, La Halle Centre d'art contemporain, Pont-en-Royans, Isère, 28 mai 2022.
• Cut/Paste/Print, découpage, collage & impression riso, à notre atelier à l'Écosite du Val de Drôme, les week-ends de décembre 2019 (photo Gilles Gerbaud).
• Atelier éditorial journal participatif en riso, avec les trames ordinaires, Désert Numérique #4, Saint-Nazaire-le-Désert, Drôme, juillet 2013 (photo Cécile Jaillard).